La création 2022

Je suis né demain matin - parcours sonore au casque, accompagné dans l’espace publique.

Création 2022 : Erick Sanka vous embarque pour un parcours imaginaire aux allures de lèche vitrine dans la tête de nos commerçants.


LE TITRE

Je suis né demain matin


LE GENRE
Théâtre radioscénique


THE TAG LINE
Parcours sonore au casque, accompagné dans l’espace publique.

Quand les témoignages sont sujets à interprétation.



MON PITCH


Je suis né demain matin est un parcours sonore suivi au casque, que j’accompagne en mixant en direct mes témoignages dans l’espace publique. C’est un solo déambulatoire de moins d’une heure pour 50 à 100 spectateurs-auditeurs par séance.

À partir de vrais faux témoignages de commerçants, je pose la question existentielle suivante : doit-on faire ce que l’on doit ou ce que l’on sent ? Où est notre vocation ?
En fait, cette immersion sonore donne à entendre l’attention que les gens se portent ou ne se portent pas.

La conclusion m’a été soufflée par l’un des très nombreux commerçants interrogés durant mes années de tournées : C’est sûr que nous avons tous envie d’être meilleurs envers les autres à nos heures perdues. Mais moi perso avec mes horaires je n’ai pas le temps pour ça. J’aimerais bien !




SON FORMAT

Solo déambulatoire suivi au casque.
Jauge : Pour 50 à 100 spectateurs par séance.
Jusqu’à 4 séances par jour, par nuit c’est encore mieux.
Durée : 45 mn.

Espace public : Pensée pour les places ou les rues commerçantes, cette déambulation peut être mise en scène jusque dans la campagne au milieu des vaches.

Public : Adulte à partir de 10 ans.
 Pour tout public apte à avoir une pensée sur les rapports qu’il entretient avec les autres. Nota : Cette proposition artistique peut aussi être suivie par des non-voyants.



VOICI UN TEXTE POUR VOS PROGRAMMES


Un épicier qui vend tous les jours son poids en sucre,
une marchande de prêt-à-porter qui aime les confidences en cabine, car elle est un peu voyante mais pas voyeuse,
un opticien ventriloque jouant avec votre prothèse auditive,
Erick Sanka vous embarque pour un parcours imaginaire aux allures de lèche vitrine dans la tête de nos commerçants
. Et si c’était à refaire ? Ce spectacle que l’on suit au casque interroge nos vocations et notre utilité.
Drôle et sérieuse, profonde et superficielle, la pensée simple et complexe des personnages et de son auteur nous invite à faire plus attention à nous. Je suis né demain matin peut être un bon départ.



LE DISPOSITIF SONORE
L’ensemble des spectateurs auditeurs est équipé de casque HF.
Erick Sanka les accompagne et les dirige sur une place et/ou dans quelques rues commerçantes.
Comme un DJ, il mixe ses témoignages en accord avec le parcours toujours différent.
Erick improvise en direct sur ce qu’il donne à voir et à entendre.
Sons d’ambiance et musiques enrichissent cette immersion sonore.



BESOINS EN RÉSIDENCES CET AUTOMNE ET CET HIVER


J’ai choisi de ne pas attendre, de ne pas constituer un dossier pour l’été prochain, de ne pas sortir cette création en scandant une sorte de come-back de Monsieur Sardines sans doute très subventionnée pour 2022/2023. C’est ici et maintenant que je veux distribuer cette parole dont le dispositif est finalement assez simple à mettre en place.

Pourtant il me faut votre soutien ici ou là dans l’hexagone,
-    pour ciseler mon écriture et la confronter aux vrais commerçants comme au public,
-    pour enregistrer les voix avec les comédiennes et les comédiens,
-    pour enregistrer les sons d’ambiance dans toutes les boutiques,
-    pour mixer et habiller tous ces sons,
-    pour répéter et tester plusieurs sorties publiques.

Sortie : printemps 2022

Je suis né demain matin, on s'en parle aujourd'hui ?



AIDES FINANCIÈRES ET PRÉ-ACHATS

J’ai besoin d’un peu de trésorerie pour faire naître Je suis né demain matin.
Il s’agira d’acheter une partie des casques et du matériel sonore, de payer les comédiens prêtant leur voix et de nous faire quelques cachets.
Le budget n’étant pas désopilant, mille Euros des uns ou des autres suffiront à faire fonds.
Une forme d'arrangement gagnant gagnant, comme on dit dans le petit commerce.



MINI GENÈSE
20 ans de conversations

Après le premier confinement où tant de choses étaient à l’arrêt, j’ai eu l’impression que c’était la première fois que les commerçants douillaient autant et que ça les rendait peut-être plus attachants. Non qu’ils aient été les seuls à souffrir et à craindre pour les lendemains.
J’ai repensé à ces parents ayant poussé leur fille à faire coiffure, parce qu’il y aura toujours des coiffeurs. Et là, même les coiffeurs avaient baissé le rideau. D’une certaine manière, nous le secteur culturel avions déjà apprivoisé la survie depuis longtemps.


Je me suis souvenu de tous ces témoignages. Pendant 20 ans en tournée, j’ai bavardé avec des commerçants de toutes les villes et villages. Des conversations de comptoir, à leur comptoir ou sur le trottoir, des conversations sur le temps qu’il fait dans leur tête et sur toutes ces choses pour lesquelles ils n’en pensent pas moins. De ces discussions je n’en avais rien fait jusque-là, à peine quelques annotations sur ces petits instants de fulgurances. J’avais recopié sur des bouts de papier des pensées à l’état brut où l’on résume l’essentiel en quelques mots. Quand on est artiste, on se dit que ça servira toujours.

Après le confinement, j’ai voulu à nouveau interroger mes commerçants sur ce qu’ils allaient changer à la réouverture. Leurs réponses ne m’ont pas arrangé, chacun souhaitant que tout redevienne comme avant, avec le chiffre d’affaires dans le viseur. Et pourtant si l’on pousse le curseur au-delà, il s’en est dit des choses : la peur, l’impuissance, le c’était mieux avant, la fierté d’être un employeur, l’amour de son métier. Entre mon boucher et le comédien que je suis nous jouons tous des personnages.

J’ai alors choisi d’écrire mes propres réponses et de les donner à jouer à de vrais comédiens.
J’ai repris mes petits papiers et leurs annotations fulgurantes. J’en ai fait le point de départ de chaque monologue, des textes où la pensée se love dans les détails, puisque d’ordinaire c’est le diable qui s’y loge. C’est là que j’ai retrouvé cette annotation griffonnée en désordre un jour de tournée dans l’Est de la France : nous avons tous envie d’être meilleurs à nos heures perdues / horaires / pas le temps / aimerais bien.
Je suis né demain matin suis le fil de nos heures perdues qui ne le seront peut-être pas totalement.


La forme de cette proposition artistique marie mes deux trames de création : les arts vivants et l’audiovisuel. Je suis né demain matin navigue entre les arts de la rue et le podcast in situ, entre le témoignage-fiction radiophonique et l’impro-visite guidée dans l’espace public. Car chaque parcours sera différent, inspiré par la topologie des décors.

Et puis il y a cette prise de conscience de l’écriture.

En 2013 2014, lorsque j’ai démarré mon premier film je me suis aperçu que je ne savais pas écrire avec les codes de l’image à l’écran. Je me suis formé pendant presque quatre ans. De la méthode hollywoodienne à La Dramaturgie à la française, j'ai beaucoup appris, au point d’intervenir aujourd’hui en écriture et mise en scène dans une grande école de cinéma.
En prenant conscience du chemin parcouru, en apprenant à écrire de bons films, j’ai aussi amélioré sensiblement mon écriture théâtrale. Si bien que Je suis né demain matin sera également publié sous forme de monologues pouvant être joués pour le théâtre.

Non dénué d’humour, cette nouvelle proposition artistique sera moins désopilante que certains de mes précédents spectacles. Le propos et le dispositif développeront une forme de mélancolie apte à nous mettre en apesanteur.

Je suis né demain matin, on en parle aujourd'hui ?



+
+
+