Erik Sanka

2001 Gratuit pour une fille Erick Sanka

Voir le diaporama

 

 

 

 

            

 

 

Chanter, faire le chanteur, je crois que j'en avais envie depuis l'adolescence, certainement comme la plupart des ados. Et c'est bien de ça dont il a été question avec ce premier concert à 36 ans. Lorsqu'il a fallu prévenir les personnes susceptibles de me programmer, je leur ai annoncé un nouveau spectacle où je chanterais sans chercher à faire rire : « ce sera mes textes et ma tronche sur scène. Pour la musique, je ne peux pas dire, je ne m'y connais pas assez ! » Mine de rien, ils ont été assez nombreux, les courageux à croire en mes talents de chanteur. Je ne leur ai pas menti, à un détail près, dès mon arrivée sur scène, les gens étaient pliés en deux.

        





 
 
Albert Magister, avec qui j'avais travaillé dès 1992, a su arranger ou carrément mettre en musique mes morceaux choisis. Je m'étais écrit chansons charnelles, pratiquement toutes orientées sur les rapports entre les femmes et les hommes. En guitariste hors pair, Thierry Bouteillier m'a accompagné sobrement pendant trois années de tournées. Avec le recul, je crois que ces concerts, intitulés Gratuit pour une fille, réunissaient un subtil mélange entre l'approche tendrement absurde de mon premier solo théâtral Quelle heure est-elle ? avec la sensualité quotidienne de mes photographies féminines, réunies en expo sous le titre de Photographe officiel du dimanche. Sans montrer les photos sur scène, il y avait de ça dans les textes.
 







 

J'ai fait mon dernier concert, le jour de la sortie de mon album « live at home », ce qui sur le plan du marketing, est une aberration. Mais j'avais besoin de ponctuer cette escapade dans la chanson par un album en public, enregistré dans une maison. C'est vrai, j'ai adoré les rencontres en plateaux partagés avec de multiples artistes, citons ces quelques soirées avec Nicolas Jules, Uztaglote, Smooth, Camille, Jeanne Cherhal, Laurent Madiot et tellement d'autres. Par contre, je me suis ennuyé hors de la scène dans ces ambiances de mec. En tournée, les musiciens parlent foot et nanas. Disons qu'ils parlent plutôt ballon ballon et gros lolos. Sans compter que l'on passe des heures à régler le son à l'intérieur d'un cube noir. Non, je suis fait pour le théâtre de rue, dehors, à l'extérieur, out.


 

 




Photo de Phil Journé


 

La chanson n'est pas un métier, c'est une vocation nécessitant une attention de tous les instants pour protéger sa voix et travailler sa respiration. En touche à tout unidirectionnel, j'en suis définitivement incapable. Même si La Bouche d'Air, mon premier partenaire sur ce registre, m'a ouvert une nouvelle fois ses portes en 2009 pour une soirée intitulée sobrement « Erick Sanka fait son Zen Hit des Nantais à La Bouche d'Air ». En résumé, beaucoup de chanteurs que j'aime ont chanté mes chansons à ma place. C'était une belle soirée avec cinquante personnes à table avant le concert. Elle s'est bien sûr terminée au champagne. Mon préféré est Leblanc-Collard, un champagne féminin.






 

 

Navré

Zen-Hit : Je reconnais tout

 


Distribution

Erick Sanka : Paroles, musiques et chants
Albert Magister : musiques et arrangements
Thierry Bouteillier : guitares
Gildas Masse : régie de tournée